Pourquoi je me la joue solo (ou la complainte du misanthrope)

Pourquoi je me la joue solo (ou la complainte du misanthrope)

Qu’on se le dise, je n’aime pas le multijoueur.

Ou plus précisément, je n’aime pas ces jeux qui n’ont que pour vertu de proposer un mode multi « trop super méga génial sa race ».  De facto, cela fait de moi quelqu’un de totalement insensible à des jeux comme World of Warcraft et autre aspirateur à temps qu’on appel des MMO RPG (et qui n’ont de RPG que la feuille de stat…)

« Whaaa va z »y comment il taille WOW lui !!! comment il se la joue snob ! » seriez vous amenez a dire, animé par une juste colère a l’énoncé de mon propos. Je ne vous donnerais pas entièrement tort, mais bon, hein : c’est moi qui raconte donc soyez un peu patient les arguments ça arrive.

Dans le civil, je suis plutôt un être sociable : j’aime me lancer dans de passionnant débat sur la vacuité de l’être ou bien sur le dernier Star Trek (notez bien que les deux sujets ne sont pas si éloigné que ça l’un de l’autre…) tout en dégustant un whisky écossais dont la saveur tourbé alterne avec les effluves astringente d’un Cohiba… mais je digresse.  Roliste, je n’ai pas de réticence a me lancer à l’aventure avec mes compagnons d’infortune et à attendre mon tour gentiment tandis que quelqu’un d’autre prend la vedette : cela ne me pose sincèrement aucun problème.

Pourtant, quant un jeu me propose d’aller en groupe casser la gueule a des méchants nazi à coup de 7,65 ou bien de parcourir le monde féerique de Poupilou pour collecter 40 pustules de toxi-champignon, mon ardeur tombe dans des abysses si profondes que seul James Cameron à le budget pour aller filmer si bas.

Lorsque je joue seul à un jeu ou bien avec quelques amis trié sur le volet via des méthodes dont la rigueur scientifique et méthodologie renverrai les tests Meetic à l’age de pierre, dans ces cas là disais je, nous sommes immergé par le jeu. Il est tout autour de nous, nous englobe et met le projecteur bien au dessus de nos petites tête de héros en armure de plaque et en string d’invincibilité (pour les elfes). Le monde dépend de NOUS et si on ne fait rien, et bien c’est la catastrophe. A l’inverse, tant qu’on ne bouge pas, l’action se fige, la narration s’aligne, et un peu comme dans un film, on reprend son souffle en se demandant ce qui va se passer ensuite. Nous vivons une histoire et le META jeu fait tout pour ne pas casser l’illusion.

En multi, tout ça disparait : L’interface est tellement pratique que vous pourriez laisser le jeu jouer tout seul pour faire ce qui est trop compliqué. Besoin d’aller quelque part ? un map GPS sur la touche M, Parler avec vos amis ? fuck la télépathie : le chat de guilde c’est bien plus stylé ! Tout ça me rappel trop que je suis dans un jeu ou des milliers d’individus se croisent. Vous aurez beau être dans une instance privé qui vous jure que vous êtes les seuls héros capable d’un tel prodige, vous savez très bien que 500 autres kikis ont fait ce raid depuis le début de la soirée et qu’ils ont tous récupéré le mythique « Scroll of Mexican Bondage » (insistez bien sur l’accentuation). Lorsque vous parcourez les vastes territoires de Poupilou, vous allez rencontrer une foule de gens se trimbalant le même matos que vous et faisant le même parcours histoire de refaire un donjon en particulier vu qu’il y’a 5% de chance de drop le « Symptomatic Staff of Lupus ».

Je trouve ça tout aussi déprimant que de voir toutes ces personnes dans le métro avec les mêmes écouteurs Beats by Dre (mais bordel vous avez de l’emmental fondu dans les oreilles pour pas remarquer que y’a TROP DE BASSE ?).

Et même dans les jeux d’actions, comme les FPS ou les VS fighting, je me lasse de cette course a la puissance et au setting parfait. Dès lors qu’un joueur à trouver LA formule qui marche (meilleur combinaison d’arme, enchaînement de coup les plus rentable etc) le jeu devient un affrontement mathématique ou seule la parfaite connaissance du jeu (a son niveau META) garantie la victoire. Le jeu nous pousse a devenir nous même une machine, comptant les frames, analysant les statistiques de drop, calculant les meilleurs sets d’armes…

Ça n’est pas ma façon de voir le jeu, ni encore moins la façon dont je prend du plaisir avec.  Je vois le multi comme un diktat sur ma manière de jouer : non je ne veux pas apprendre a optimiser mon stuff, non je ne veux pas faire 30 fois la même instance pour récupérer un loot en particulier, non je ne veux pas apprendre a faire des enchaînements 100% stunt et qui tuent le match au bout de 10 sec.

Si on joue en tennis en amateur, doit on forcement pratiquer pour devenir un Federer ?

Voila pourquoi je préfère me tenir a distance raisonnable des multi quels qu’ils soient : je tiens à mon droit a ne pas être un grand joueur, et a n’en avoir rien à faire…

5 Comments

  1. Yorgl · 8 août 2013 Reply

    Je trouve un peu dommage qu’une partie de ton aversion pour ce type de jeu ne soit pas parce que tu accroches pas au gameplay ou autre élément du jeu (ce qui se respecte à 100%), mais aussi parce que tu ne veux pas être comme les autres. Oui effectivement, dans les MMO y’a un phénomène de clonage quasi inévitable, ou au mieux dissimulé (ex: transmo) et le contenu est accédé par des milliers/millions d’autres, donc tu n’as pas la sensation d’être spécial, certes.

    Si on voulait caricaturer ton propos (je dis bien caricaturer, tu n’en es sans doute pas à ce point !), c’est comme les gens qui vont regretter qu’un groupe qu’ils aiment devienne connu parce que ça gâche leur plaisir de special snowflake.

    Perso, je joue dans une guilde où je fais partie du top FR en terme d’avancée du contenu, donc je ne plaide pas pour ma chapelle en disant que l’accessibilité est une bonne chose, mais je suis content que Jean-Kévin qui veut pas mettre autant de temps et d’efforts ait la possibilité d’explorer aussi une bonne partie du jeu. (J’exclus là le LFR qui est une abomination pour d’autres raisons. ^^)

    HS : +1 sur les Beats by Dre c’est de la daube, et perso je m’interroge toujours sur le délire d’avoir des super casque pour écouter des MP3, le format certes très pratique mais qui tranche le signal à grand coups de Hache de la Mort du Courroux Ténébreux de la Baleine ! :D

  2. Flash Steelers · 8 août 2013 Reply

    attention pas de méprise : si je parle du syndrome « clonage » c’est parce que c’est un phénomène qui tue l’immersion. La narration d’un jeu solo fait que toutes les possessions du joueur seront unique : si à la fin d’une quête tu récupère l’épée légendaire (seule capable de pourfendre les dragons !) mais que tu la vois à tous les coins de rues, et bien elle perd cette aura d’exception et du coup tu vois un peu trop les « coulisses » du jeu. Si je joue à un jeu ou nous sommes censé etre une armé de soldat, ça ne me choquera pas que nous soyons tous équipés plus ou moins pareil, chose que j’achete déjà moins dans un univers de fantasy.

    Pour te donner un autre exemple, c’est comme si dans un film on voyait clairement la doublure de l’acteur : on sait ce qu’on regarde, les scenes d’actions sont toujours percutante, mais l’histoire ne fonctionne plus parce que la magie est rompue.

    Pour ma part je suis très très attaché à la narration, au story telling et à l’ambiance (je suis un peu écrivain sur les bords) et même si ça ne m’empêche pas d’apprécier un bon gameplay, ce sont deux genre que je ne mélange pas. A la limite, je préférerai un jeu multi 100% gameplay qui ne pose pas spécialement de trame narrative (style Arcade quoi).

    Par contre je précise aussi que c’est totalement une histoire de gout et que mon petit laius n’est bien entendu pas une critique adresser à ceux qui savent trouver leur bonheur dans un raid à 32 contre « GrosGilou Les Pied Plats » le dragon des herbes de provence :D

  3. Yorgl · 8 août 2013 Reply

    Ah oui, je vois ce que tu veux dire. Moi ce qui me flingue niveau immersion, ce sont les « raids-couloirs » que Blizz adore depuis 2-3 extensions… :(

    Pourtant c’est bien différentes ailes, on a VRAIMENT l’impression d’être dans un lieu pas un parc d’attraction.

    Si tu kiffes le story telling, tu devrais tester Rift (passé en F2P), le leveling y est génial, surtout au niveau 50+ où seules les quêtes histoires sont obligatoire, le bashing de mobs y est optionnel et géré très élégamment, techniquement.

  4. eiradiana · 9 août 2013 Reply

    Analyse très intéressante concernant WoW, jeu qui m’a laissé la marque la plus indélébile de l’histoire du jeu vidéo. Cependant, je pense que tu n’as pas dû tester certains jeux multijoueur très ouverts, du type Battlefield et notamment le 3.

    Dans ce type de jeu et celui-ci en particulier, le plus important est l’intelligence de jeu ainsi que la coordination d’une escouade humaine et certainement pas le fait d’être une « machine » de kill et de « skill ». En effet, le type qui est général 100 étoiles (le plus haut grade du jeu (au minimum 600 heures de jeu tous les petits addon les plus efficace débloqués) sera quand même toujours tué si on le contourne, ou s’il est dans un véhicule dont on possède le parfait contre, un peu comme dans Starcraft 2 et son shifumi total.

    Et surtout, ce n’est pas la loi du plus fort au niveau de l’équipe. Je parlais de cette escouade de 4 personnes. Même dans une partie à 32 contre 32, il nous est arrivé de renverser la balance à 4 copains bien coordonnés et bien complémentaires, alors que notre équipe était donnée perdue d’avance en arrivant sur le serveur. Et même Wow ne m’a pas donné de sensation de ce type.

    Il faut tester ça absolument si tu as été dégoûté du multijoueur.

  5. Flash Steelers · 9 août 2013 Reply

    eiradiana > attention ami joueur, tu m’as mal compris : je ne suis pas contre le multijoueur, je suis contre le MASSIVEMENT multijoueur. Ton exemple est a ce titre parfaitement en accord avec mon idée : votre team de 4 potes a maitrisé par ce que vous n’étiez pas une équipe au pif généré par le ranking ou dieu sait quoi. Vous avez fait le choix de jouer ensemble et du coup c’est passé tout seul et SURTOUT vous aviez du fun.

    J’ai commencé le multi a l’époque de Duke Nukem 3D, alors t’inquiète que je connais ce plaisir là :) mais entre les Lan Party ou nous étions tous ensemble pour le plaisir du jeu, entre pote a se gueuler dessus au moindre headshoot et les sessions Online avec des campeurs a tout va ou bien des mecs équipé d’aimbot qui ne sont la que pour le scoring, il y’a pour moi un énorme fossé.

    Une fois encore, sachez les uns les autres que je ne critique pas votre façon de trouver du fun dans les jeux : ce n’est juste pas ma façon. Ça peut vous paraitre égoïste, misanthrope ou bien résultant de la congolexicomatisation des lois du marché, n’empêche c’est comme ça. Et de la même manière, je n’aurai AUCUN argument a opposé aux votres dès lors que c’est votre ressenti.

    La preuve, je suis même plutôt souvent d’accord avec vous :) (quel philosophe ce Flashou tout de même !)

Leave a reply

31337