L’autre match du jeu en ligne

L’autre match du jeu en ligne

Aujourd’hui presque n’importe qui peut se faire une partie en ligne avec des gens à moindre frais, il suffit d’avoir un ordinateur correct (même bas de gamme) et une connexion internet. Ce ne sont pas les jeux qui manquent. il y en a pour tous les goûts, et de plus en plus peuvent être essayés gratuitement (ou presque, mais le modèle économique est un autre débat). Vous seriez intéressé ? Une petite partie de League of Legends ?

Mais je dois vous prévenir d’une chose. Peu importe ce que vous essayez, vous allez jouer à deux jeux en même temps. Celui qui vous intéresse, et le petit coquin qui s’invite à partir du moment où le nombre de protagonistes humains est supérieur ou égal à 2 : le social. Faites chauffer votre charisme et votre patience, car il va vous en falloir pour ressortir gagnant de ces joutes verbales d’un nouveau genre. Mettons-nous dans la peau d’un néophyte, voulez-vous.

Petit état des lieux

Putain d’espèce de noob de merde, retourne sur Hello Kitty Online, sale bâtard !
– Carl-Hubert, le 4 août 2013 à 15h23

Mais moi aussi je t’aime mon ptit Carl. Notez bien que c’est la routine. En plus d’apprendre le jeu, vous arborerez une palette haute en couleurs de divers sobriquets dont je vous fais une toute petite liste ici : noob, newbie, fucking prick, asshole, motherfucker, connard, idiot, you’re so gay, suck my dick, chétiflor, pauvre con, nigga, bitch, MAKE ME A SANDWICH WOMAN, va te suicider, raclure de bidet, Vincent Perrot. (Woops !)

Vous avez certainement remarqué que la fréquence de ces injures est proportionnelle au nombre de gens qui coopèrent. Si vous jouez à un jeu ou chacun joue pour sa pomme, il y a tout de suite beaucoup moins de problèmes puisque si Carl perd sa partie c’est de sa faute. Il se rabattra donc sur la sempiternelle mauvaise foi du « c’est de la triche » ou encore « j’ai des gros bugs ». Oui, mon vieux, on connait la chanson, tu radotes !

En effet dès lors qu’il y a coopération, vous avancez tous dans un but commun qui est bien souvent la victoire. Petit point psychologie de comptoir :

  • Les gens n’aiment pas perdre
  • Les gens se remettent très rarement en question
  • EURÊKA ! Les gens vont rejeter la faute sur les autres. Et en particulier sur celui qui paraît le moins compétent.

Ben oui, vous comprenez, si vous perdez votre partie, ce n’est pas parce que l’équipe en face est meilleure ou parce que le courant ne passe pas bien dans la vôtre. C’est tout simplement à cause de VOUS, et uniquement VOUS, parce que vous êtes NUL, vous êtes le niveau ZÉRO de l’intelligence humaine, un DÉCHET et une insulte aux bonnes gens qui ont développé ce jeu. J’ai peut-être exagéré un tantinet le topo, mais vous voyez ce que je veux dire.

Ce que personnellement je trouve absurde et plutôt drôle, c’est que la personne qui vous accuse ne connaît absolument rien de vous mais n’hésitera pas à faire usage de mots qu’il n’oserait pas sortir en vrai comme négro, tafiole, ou salope. Ce que je trouve drôle aussi, c’est quand je constate l’énergie que l’on peut déployer dans un but aussi bête. Vous vous dites pour vous rassurer que derrière l’écran il y a une petite teigne de 14 ans ? COMME VOUS ÊTES NAÏFS. Très souvent, vous avez affaire à un mâle blanc hétéro 18-30 ans, les couilles sur le clavier et qui n’en à rien à battre de vos états d’âme.

Vous pénétrez sur un territoire trolleux (Borderlands 2)

Vous pénétrez sur un territoire trolleux (Borderlands 2)

En quoi cela pose problème ?

On peut très bien se dire que de toute manière ces gens-là sont des cons, qu’il faut les ignorer, tout ça tout ça. En pratique vous savez comme moi que ce n’est pas aussi facile. Chacun possède une personnalité différente et vous résisterez plus ou moins aux différents types d’attaque. Si vous êtes fragile et que vous tombez facilement dans les trolls, bon courage pour votre santé mentale. Si vous êtes du genre à vouloir toujours avoir raison, préparez vous à argumenter pendant de longues minutes avec celui qui vous a traité de mauvais alors que vous êtes persuadé qu’il fait les choses moins bien que vous (comment vous dites ? LE VÉCU ?).

Au niveau du jeu en lui-même, on se retrouve avec une ambiance pas terrible. Vous n’avez pas très envie d’y rejouer, vous hésitez même à arrêter définitivement, que ce soit après 30 minutes ou 300 heures. N’oubliez pas aussi que ce genre de bastons peut totalement couler une partie ! J’ai vu des matchs qui se passaient très bien jusqu’à ce qu’une seule personne fasse une petite erreur et déclenche chez le troll du jour une folie verbalière qui se transforme en shitstorm générale et ruine l’efficacité de l’équipe. Si vous vous insultez, vous êtes moins concentrés, moins impliqués dans le vrai jeu et vous jouez par conséquent moins bien.

Résultat, l’affluence de nouveaux joueurs en prend aussi un sacré coup : moins de sang frais, moins de rencontres, moins d’étoiles montantes, et sur un tout autre plan, moins de sous pour l’éditeur. Tiens, parlons-en de l’éditeur/développeur. Si celui-ci ne parvient pas à mettre en place une politique de répression dès les premiers jours, il peut dire au revoir au respect des gamers. Riot Games (qui s’occupe du très populaire League Of Legends) ne parvient pas à se faire respecter et se fait limite mener à la baguette par la communauté. De peur de contrarier les joueurs les plus rentables, sans doute.

Lui aussi il en a sa claque des trolls (The Angry Video Game Nerd)

Lui aussi il en a sa claque des trolls (The Angry Video Game Nerd)

Le langage oral, ce don si bien utilisé

Par écrit on se limite à ce dont j’ai parlé. Mais maintenant, imaginez un jeu où vous pouvez parler librement dans votre micro, et vos coéquipiers peuvent vous entendre. A moins de laisser le jeu allumé et le micro ouvert pendant vos ébats avec votre partenaire, voilà une possibilité qui sonne chouette, non ? Tu rêves Herbert.

Quand vous écoutez les gens vocalement, leurs paroles ont généralement beaucoup plus d’impact que par écrit. Dans quelque chose d’écrit on distingue bien plus difficilement un ton ou une personnalité. Quand vous vous prenez un « T’ES MAUVAIS DÉGAGE DE MON ÉQUIPE » de vive voix dans les gencives, ce n’est plus la même histoire car vous vous rendez compte bien plus facilement que c’est une vraie personne qui vient de vous dire ça.

D’autre part, quand c’est à votre tour de parler, votre voix en dit beaucoup sur vous. Vous avez un accent étranger ? Ouille. Vous êtes un homme et vous parlez de manière efféminée ? Argh. Vous êtes une femme et ça va s’entendre ? TOUS AUX ABRIS ! Sérieusement, les femmes en prennent plein la tronche, il suffit d’écouter quelques enregistrements de Not in the Kitchen Anymore pour s’en rendre compte. Si vous ne comprenez pas l’anglais oral, il y a la retranscription écrite fournie avec. C’est bon, vous en avez écouté deux ou trois ? Les sacs en papier sont à votre droite. Je n’ai absolument rien à ajouter, ces enregistrements résument tout ce qui ne va pas.

Pourquoi ? Pourquoi t’as fait ça John ?

Pourquoi les gens se lâchent totalement comme ça sur les jeux (et plus généralement sur internet) ? L’anonymat. Qu’est-ce qui m’empêche d’insulter mes lecteurs de trucs vraiment cradissimes (à part la censure d’Alda) ? Les conséquences sont tellement limitées et tellement rares que c’est juste trop facile. Derrière leurs écrans et leurs pseudonymes, les trolls peuvent troller tranquille. Blizzard avait souhaité à une époque obliger les joueurs de Battle.net à afficher leur véritable identité pour empêcher ces comportements désastreux. Cela partait d’une bonne intention mais on tombe dans d’autres travers : la protection de la vie privée d’une part, et le fait de ne plus pouvoir cacher son genre d’autre part.

Outre l’anonymat, Internet est globalement immature. Toutes ces possibilités et cette liberté sont formidables, mais les gens n’ont pas été éduqués et ne se rendent pas compte qu’il faudrait se comporter sur Internet vis à vis des autres comme dans la vie réelle : avec respect. La distance induite par l’écran, l’anonymat, la géographie font que vous n’êtes pas forcément considéré comme un être humain mais comme un vulgaire pion de plus dans lequel il faut tirer ou avec lequel il faut coopérer…

Dota 2 est un modèle qui fonctionne bien

Dota 2 est un modèle qui fonctionne bien

Hey, ne fuyez pas pour autant, il y a quelques solutions

Sur un plan plus global, il y a Dota 2 (développé par Valve) qui s’en sort plutôt bien. Lisez donc leur post de blog « Rapports sur la communication« . Ils parlent ici de quelques statistiques qu’ils sont en mesure de faire, et montrent qu’il y a bel et bien une corrélation entre les comportements pourris et les gens qui quittent le jeu. Leur technique est la répression pure et simple. Le ptit con là-bas s’est fait rapporter pour comportement abusif de manière répétée ? Hop, quelques jours de bannissement. Il paraît qu’à son retour il change de comportement magiquement. N’oubliez pas qu’il est bien plus difficile sur ce jeu de créer un compte secondaire pour se lâcher étant donné qu’il faut avoir un autre compte Steam.

J’ai tapé un peu sur League of Legends tout à l’heure, mais ça ne veut pas pour autant dire qu’ils ne font pas d’effort, bien au contraire. Voici une conférence d’un game designer, en anglais malheureusement : « Fixing toxic online behavior in League of Legends » (Régler les comportements toxiques dans League of Legends).  Il y décrit les différentes analyses et expérimentations qu’ils ont eu l’occasion de faire, et c’est plutôt intéressant et instructif, n’hésitez pas à la regarder. (merci Alda pour le lien)

Sur le plan personnel et à l’échelle de la partie, vous n’échapperez pas à quelques altercations. Vous avez plusieurs possibilités :

  • Répondre des choses absurdes. C’est ma technique préférée. Le troll va vous prendre pour un fou et vous lâcher la grappe très rapidement, voyant que ses insultes servent à rien et qu’il est plus confus qu’autre chose.
  • Reconnaître que vous êtes effectivement débutant et mettre le troll mal à l’aise. Faites lui comprendre que lui aussi a été forcé de commencer un jour. En voyant que vous êtes suffisamment fort pour reconnaître un truc pareil, il va se sentir mal.
  • Ignorez-le. Simple et efficace. S’il perdure, utilisez les fonctionnalités du jeu pour ne plus l’entendre/ne plus voir ce qu’il écrit.
  • Jouez avec vos amis. Jouez avec vos potes, faites-en de nouveaux, gardez contact avec les personnes un minimum civiles. Non seulement c’est plus agréable et plus sympa, mais en plus si vous vous retrouvez avec un couillon vous pourrez répondre plus facilement à plusieurs.
  • Surtout, restez calmes et courtois. Si vous vous aventurez à répondre contre la personne, restez polis et courtois. Ne tombez pas dans son jeu, expliquez-vous avec lui calmement. Ou faites lui comprendre avec une attitude blasée que vous en avez un peu marre de ce genre de comportement et que ça ne vaut pas le coup.

Et si jamais vous vous retrouvez dans la position d’insulter les autres joueurs, faites-le ! Mais dans votre coin. Lâchez-vous, hurlez dans votre salon, chiez-leur dans la bouche, frappez votre bureau. Mais faites-le avec le micro coupé, et sans utiliser le clavier. Gardez-le pour vous. Si quelqu’un est effectivement pas bon, faites-le progresser avec des conseils. Prenez autant de pincettes qu’il le faut pour ne pas le vexer. Mais tirez-le vers le haut, s’il est de bonne volonté ! Ce n’est qu’une partie de perdue, on oublie et on passe à la suivante (arrêtez-vous pour manger et dormir quand même).

Tout n’est pas si noir

Au final les choses vont très certainement évoluer mais il va falloir être patient, le temps que les générations remplacent les précédentes et que les bonnes pratiques se répandent plus que les mauvaises. Certains jeux bénéficient d’une communauté bien plus respectueuse que les autres, il ne faut pas hésiter à prendre cet élément en compte quand on en fait le choix ou la critique. Sinon il faut se bétonner l’esprit et se détacher de ce qu’il se dit sur le chat. Garder un gros recul. Et le perdre quand on trouve les bonnes personnes.

Petite note après relecture : ce texte pourrait être considéré comme exagéré, ne reflétant pas vraiment la réalité, ou comme trollesque. Comme un peu partout, chacun vit une expérience différente, et je préfère tout simplement peindre un tableau assez négatif de la chose pour deux raisons : faire réagir avec un grand coup de pied dans la fourmilière, et surprendre en bien les joueurs qui auront une meilleure expérience. N’hésitez pas à vous lancer dans le jeu en ligne malgré ces inconvénients. Non seulement vous ratez des bons moments, mais en plus on a besoin de vous pour améliorer la communauté.

Breton qui ne sait pas ce qu'il fout à Paris. Joue trop. Amoureux des jeux difficiles qui le punissent. Et souvenez-vous les enfants, le beurre pas salé cela n'existe pas !

5 Comments

  1. Yorgl · 12 août 2013 Reply

    Suis pas si sûr que le texte soit exagéré comme tu dis à la fin, je le crains. :-/

    Concernant ce que tu dis dans le paragraphe « Pourquoi ? Pourquoi t’as fait ça John ? », j’ajouterais un autre élément : le phénomène de groupe. Les joueurs et joueuses qui se permettent des comportement odieux le font parce qu’ils pensent qu’ils sont dans leur bon droit, parce que les autres le font, et les nouveaux risquent (pour peu qu’ils manquent un peu de caractère) de suivre le mouvement parce que c’est plus facile d’imiter la masse d’enfoirés que d’être celui constructif / respectueux isolé.

    Si subitement l’ambiance par défaut tournait au respect, à l’entraide et à l’auto-critique (oui en ligne apparemment personne ne fait d’erreurs ^_^), je pense que la majorité de ces personnes-là changeraient d’attitude. Resteraient les petit.e.s con.ne.s qui sont intrinsèquement à jeter par la fenêtre. :P

    On peut noter qu’un « leader », quelqu’un qui prend le groupe en main (spontanément parfois) peut éviter ou réduire ce phénomène ; c’est néanmoins pas forcément rassurant sur la mentalité des gens, de devoir être dirigés pour faire preuve de décence…

    • ThSlyu · 15 août 2013 Reply

      Oui j’ai totalement zappé ce point du phénomène de groupe. Je suis bête. Si je le pouvais j’éditerais le texte pour y ajouter ton commentaire, merci !

  2. Flash Steelers · 12 août 2013 Reply

    Un bel et bon article sur un sujet oh combien taboo chez les joueurs.

    On retrouve aussi la même chose dans les commentaires en lignes ou sur les réseaux sociaux. L’autre jour j’étais outré de voir que les sujets « tendance » sur twitter c’était #LaShoahCestMoinsPireQue et #LesPedeDoiventDisparaitres. Cette provocation gratuite n’ayant aucune conséquence elle procure une satisfaction perverse a son auteur. Sauf que bien entendu on dit des choses de plus en plus trash et le point de rupture atteint des sommets d’horreur.

    Outre l’anonymat, cela est dut au manque de feedback. L’être humain en effet calibre son comportement sur un principe simple : action / réaction. Or pour l’instant nous avons plutôt tendance a faire un feedback qui « nourrit le troll ». Les idées que tu donnes sont un excellent levier pour pacifier les echanges (quand un troll voit qu’il n’a pas de prise sur son interlocuteur, il s’arrete).

  3. spoon · 12 août 2013 Reply

    Un article qui reflète plutôt bien ce que je peux ressentir quand je joue en ligne. J’aurai cependant aimé ajouté un petit détail qui me semble important : la communauté.

    Si League of Legends (je parle de ce jeu parce que j’y ai passé un très grand nombre d’heure) est a ce point toxique à jouer (sisi, j’ai d’ailleurs arreté sauf quand je peux trouver 4 autres personnes pour jouer), c’est aussi le revers de son succès. Son succès et son accessibilité en font un jeu qui est joué par une communauté très très jeune.

    Dota est pour moi, bien plus difficile d’accès, et du coup, je pense (j’avoue n’avoir aucun chiffre à ce niveau) que la proportion de joueur jeune est plus faible que sur LoL.

    Bref, merci pour cet article !

    • Alda Marteau-Hardi · 12 août 2013 Reply

      Je doute fortement que l’âge ai une quelconque influence sur l’attitude. (À la limite, dans la recherche des insultes, mais je le dis sans grande conviction)

      À mon avis, ça a plutôt à voir avec la popularité du jeu qu’avec l’âge des joueurs. Une plus grande popularité implique une plus grande diversité et donc un ratio de gens susceptibles de mal réagir plus proche de celui de la société AFK. (Et je pense qu’ils sont nombreux)

Leave a reply

31337